« Si je ne peux plus marcher, je courrai » d’Axelle Huber

IMG_1701Amis lecteurs, bonjour ! Je vais vous parler aujourd’hui d’un livre un peu atypique, qui m’a bouleversée. Il s’agit de « Si je ne peux plus marcher, je courrai » d’Axelle Huber (Mame, 15,90€), paru en 2016. Il s’agit là du témoignage d’une femme, mère de quatre enfants, dont le mari Léonard est mort à 37 ans de la SLA (Sclérose Latérale Amyotrophique), plus connue sous le nom de maladie de Charcot.

Axelle raconte l’arrivée sournoise du malheur au sein d’une famille unie et sans histoire. Tout commence par des fourmillements dans les bras et une légère gêne à la marche. Rien qui ne soit vraiment inquiétant au départ. Mais peu à peu, Léonard perd l’usage complet de ses bras et de ses jambes. Ensuite, c’est au tour de la parole. Enfin, il ne parvient plus à déglutir ni à s’alimenter normalement. Prisonnier d’un corps qui lui échappe au fur et à mesure, Léonard doit renoncer à son travail, à son autonomie, à être un père « normal », enfin et surtout à la vie, au bout de quatre ans d’un combat épuisant pour toute la famille.

Mais que l’on ne s’y trompe pas, si ce livre raconte dans le détail l’évolution jour après jour de cette maladie dont la fin est aussi rapide (trois ans de survie en moyenne) qu’inéluctable, ce n’est pas glauque du tout. Ni désespéré. Au contraire, le récit rayonne tout du long d’amour, de joie et d’espérance. En dépit des épreuves et de la souffrance, Léonard garde en permanence un sourire et un humour désarmants. C’est un homme qui renonce petit à petit à tous les bonheurs terrestres, qui vit mille petites morts avant d’affronter la mort avec un grand M, dans une sérénité et une confiance absolues. « Et si je ne guéris pas ? On continue ! », affirme-t-il à sa femme.

Nous partageons le cheminement de ce couple avec émotion mais aussi avec une admiration croissante, tant ces deux-là sont portés par un amour profond au-delà de la mort, mais aussi par une foi indéfectible en l’homme et en Dieu. Il s’agit là d’un témoignage puissant,  à méditer pour le moment où il nous faudra à notre tour affronter les tempêtes de la vie…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s