« Le chagrin des vivants » et « La salle de bal » de Anna Hope

Amis lecteurs, bonjour ! Je souhaite vous présenter aujourd’hui une auteure britannique que j’ai découverte récemment, à travers ses deux premiers romans que j’ai lus l’un après l’autre et trouvés vraiment remarquables : Le chagrin des vivants (Gallimard, 23€) sorti en 2016 et La salle de bal (Gallimard, 22€) sorti en août 2017.

Le Chagrin des vivants est son premier roman. Il raconte la vie de trois femmes pendant les cinq journées qui précèdent l’arrivée à Londres du cercueil du soldat inconnu, le 11 novembre 1920. Ada est une femme d’âge mûr qui ne parvient pas à faire le deuil de son fils disparu pendant la guerre, au risque de s’y perdre et de perdre son couple. Evelyn a une trentaine d’années, travaille de manière efficace mais sans affect au service des pensions de guerre et ne se remet pas du décès de son fiancé, au risque de passer à côté d’une nouvelle vie possible. Quant à Hettie, c’est une toute jeune femme qui monnaie chaque soir six pence le tour de danse auprès d’anciens soldats sur la piste du Hammersmith Palais, en espérant trouver l’amour. Cette superbe histoire de femmes sur fond d’après-guerre entremêle deux fils conducteurs. Le premier, c’est la lutte qu’ont menée les femmes pour obtenir, en 1918, le droit de vote, et les grands bouleversements dans la société que cela a entraînés. Le deuxième, c’est le chagrin, le deuil impossible et les questions qui ont surgi après la guerre : comment un tel carnage avait-il pu être possible ? Un roman captivant et bouleversant.

L’action de La salle de bal prend place dans l’asile d’aliénés de Sharston, situé dans le Yorkshire, qui rappelle celui où est mort l’arrière-arrière-grand-père irlandais de la romancière. Comme beaucoup d’Irlandais à l’époque, il avait dû migrer, poussé par la pauvreté. C’est ainsi que John, le héros de La salle de bal, est lui-même un « mélancolique irlandais » arrivé dans l’asile après une lente descente aux enfers. Au cours de l’hiver 1911, l’asile accueille une nouvelle pensionnaire : une jeune femme prénommée Ella, qui a brisé une vitre de la filature dans laquelle elle travaillait. Malgré la sévérité de l’institution, une histoire d’amour entre Ella et John va tout doucement éclore et s’épanouir, redonnant sens à leur vie. Les hommes et les femmes sont enfermés séparément, mais tous les vendredis ils sont autorisés à se rassembler pour danser dans une magnifique salle de bal située au centre de l’asile, au son de l’orchestre dirigé par le docteur Fuller. Ce médecin mélomane, séduit par l’eugénisme et par le projet de loi sur le Contrôle des faibles d’esprit, a de grands projets pour guérir les malades de l’asile, mais dévoré par ses convictions et son ambition, il en devient extrêmement dangereux… A travers ce roman d’une grande sensibilité, Anna Hope évoque une réalité historique méconnue en montrant la violence vécue au sein des asiles psychiatriques au début du 20ème siècle, lieux de non-droit et d’expérimentations inhumaines sur les patients.

5 réflexions sur “« Le chagrin des vivants » et « La salle de bal » de Anna Hope

  1. Hello Anne-sophie,
    Nous avons pas mal de goûts en commun! J’ai adoré ces deux livres, tant pour les sujets abordés que pour la qualité de l’écriture et l’attachement aux personnages que celle ci procure. De grands coups de Coeur pour moi!
    Je t’embrasse

    J'aime

  2. Hello Anne Sophie,
    Nous avons beaucoup de goûts en commun!
    J’ai adore ces deux romans, tant pour les sujets abordés que pour la qualité de l’écriture et l’attachement aux personnages que celle ci procure. De grands coups de Coeur pour moi.
    Je t’embrasse

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s