« Quand sort la recluse » de Fred Vargas

Quand sort la recluseAmis lecteurs, bonjour ! En cette période de vacances de la Toussaint, dans cette ambiance automnale de fin du jour, un roman policier s’impose. Je vous propose de vous plonger dans le dernier roman de Fred Vargas, « Quand sort la recluse », paru le 10 mai 2017 aux éditions Flammarion (21€). Il s’agit du neuvième roman mettant en scène le personnage du commissaire Jean-Baptiste Adamsberg, et on le dévore (le livre, pas le commissaire !) avec autant de jubilation que les précédents.

Dans ce nouvel opus, le célèbre commissaire qui mène ses enquêtes au gré de ses « proto-pensées » brumeuses, s’intéresse à la mort subite de trois octogénaires attaqués par une recluse, une araignée dont les morsures provoquent de terribles nécroses. D’un orphelinat de Nîmes qui abrite de sombres secrets, au pigeonnier bordelais dans lequel a vécu emmurée une femme, en passant par un sordide fait divers familial, Fred Vargas nous fait voyager à travers le temps et les océans. Le commissaire navigue vers la recluse tueuse à la façon de Magellan à la recherche de son détroit, les fausses pistes se multiplient et sa propre brigade peine parfois à le suivre ! Mais des brumes d’Adamsberg finira, comme toujours, par émerger LA vérité, forcément inattendue.

Fan depuis toujours des romans policiers de Fred Vargas, je ne peux que vous recommander celui-ci, que je trouve particulièrement réussi. Fred Vargas nous entraîne et nous balade dans son monde un peu onirique, au milieu de sa galerie de personnages aussi pittoresques qu’attachants. Elle nous régale de ses merveilleuses trouvailles verbales, de ses jeux de mots qui croustillent sous la langue. Dans une interview publiée dans Le Monde le 9 juillet dernier, elle confie d’ailleurs : « Je suis obsédée par les mots, leur étymologie. Le nom des gens aussi. Les contes m’intéressent car c’est là que réside l’inconscient collectif. Je n’aime pas la violence, le noir, je ne veux pas écrire des romans qui font mal, ou peur. Ce qui me passionne, c’est le processus de ­résolution qui mène à la fin du livre. » Quand je vous dis que cette auteure est extra !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s