En gros, tu vois ? (Juin 2017)

Tics-de-langage-SAW1-copie-1Il en est des tics de langages comme des petites manies, c’est aussi agaçant que fascinant à observer. La répétition crée l’attente : on se surprend à guetter la prochaine occurrence, on est presque déçu quand elle met du temps à venir et on jubile – bingo ! – quand elle apparaît, comme si c’était le numéro manquant pour gagner le gros lot, sous les applaudissements du public. Et dans le même temps, on soupire mentalement d’irritation face à ces envahissantes redondances…

Il y a les tenants du « en gros », qui ne peuvent décrire une situation, expliquer un concept ou raconter leurs dernières vacances que « en gros ». Comme s’il était préférable de faire l’économie des détails, des adjectifs, des compléments circonstanciels de temps, de manière ou de lieu ; comme s’il ne fallait pas s’encombrer de textures, d’odeurs, de saveurs et de couleurs. En général, le « en gros » est suivi de « tu vois ? », obligeant définitvement l’interlocuteur à se débrouiller avec ses propres pinceaux pour illustrer la scène dans son esprit.

On trouve aussi les partisans du « c’est clair », ceux-là mêmes avec lesquels précisément rien n’est clair ! Ils le disent à la façon d’un mantra, pour s’en auto-persuader à défaut de convaincre les autres. Souvent, ils ponctuent leur discours d’un « en fait », censé renforcer ce qu’ils disent et raccrocher l’intérêt de ceux qui se sont perdus en route.

On pourrait citer encore ceux qui glissent des « si tu veux » et « si tu préfères » tous les trois mots dans leurs phrases, donnant l’impression de s’intéresser personnellement à celui à qui ils s’adressent, alors qu’ils ne se parlent qu’à eux-mêmes et tournent en boucle sur leur propre logorrhée.

Enfin, on trouve les éternels ahuris, les ravis de la Crèche : ceux qui réagissent à toute information par un « c’est pas vrai » ou « sérieux », avec un point d’interrogation ou d’exclamation selon les circonstances, comme si tout ce qu’on leur disait les surprenait ou les indignait au plus haut point.

J’aurais pu évoquer en outre quelques best-sellers actuels, tels que « du coup », « voilà » ou « typiquement ». Difficile d’y échapper – moi la première – ! Car un tic de langage, c’est comme un vilain virus que l’on attrape on ne sait comment et dont on se débarrasse difficilement. Voilà, je ne sais pas si, en gros, du coup, c’est clair ?

Anne-Sophie Prost

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s