« Chanson douce » de Leïla Slimani

chanson-douce_782

Je l’avais acheté avant qu’il reçoive le prix Goncourt et j’ai eu du nez !  😉 « Chanson douce » de Leïla Slimani (Gallimard, 18€) est un roman effectivement extraordinaire, qui méritait bien ce prix glorieux.

C’est l’histoire de Paul et Myriam, un jeune couple bobo parisien, qui décident d’embaucher une nounou pour s’occuper de leurs deux jeunes enfants : Mila et Adam. A l’issue d’un casting exigeant, ils engagent Louise, une femme veuve et effacée, qui s’avère rapidement être « la » nounou idéale que tout-le-monde leur envie. Pendant que cette Mary Poppins des temps modernes joue avec les enfants, les câline, mitonne de délicieux petits plats et récure l’appartement familial de fond en comble, Paul et Myriam s’investissent avec bonheur dans leur travail respectif, abandonnant à Louise toute la gestion du foyer. C’est ainsi que peu à peu, le piège de la dépendance mutuelle se referme… jusqu’au drame.

Dès les premières pages, on comprend vite que cette « chanson douce » n’en est pas une et que c’est un conte à l’issue macabre que Leïla Slimani s’apprête à nous raconter. Avec un style parfaitement maitrisé, sobre et incisif, parfois teinté d’une sombre poésie, elle établit les prémisses d’une catastrophe annoncée.  On sent l’étau se refermer petit à petit autour des personnages de ce huis-clos parisien. Les coeurs sont disséqués au scalpel, montrant les parts d’ombre de chacun, y compris chez la fillette, ce qui crée un malaise grandissant.

Mais à travers ce triste conte des temps modernes,  c’est notre époque qui  est dénoncée, avec la difficulté des couples à s’épanouir à la fois professionnellement et personnellement, la complexité des rapports employeur/employé, la précarité sociale et l’isolement total de bon nombre de personnes, les préjugés de classe ou de culture. On ne ressort pas indemne de ce roman sulfureux, surtout lorsqu’on a soi-même eu à confier ses enfants à des nounous ! Mais aussi dérangeante que soit cette plongée dans la folie, on est presque déçu de devoir reprendre son souffle quand le livre est fini…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s